Le moteur de recherche du Made in France  |  50 000 produits  |  800 marques

Les sèche-serviettes et radiateurs Made in France

Les produits populaires

Sèche-serviettes Nao statique INTUIS
INTUIS
Sèche-serviettes Nao statique INTUIS
249.00 €
Sèche-serviettes Nao dynamique INTUIS
INTUIS
Sèche-serviettes Nao dynamique INTUIS
469.00 €
Sèche-serviettes Nao statique INTUIS
INTUIS
Sèche-serviettes Nao statique INTUIS
229.00 €
Sèche-serviettes Nao dynamique INTUIS
INTUIS
Sèche-serviettes Nao dynamique INTUIS
379.00 €
Sèche-serviettes avec soufflerie Blanc Balica INTUIS
INTUIS
Sèche-serviettes avec soufflerie Blanc Balica INTUIS
899.00 €
Sèche-serviettes avec soufflerie Blanc Balica INTUIS
INTUIS
Sèche-serviettes avec soufflerie Blanc Balica INTUIS
749.00 €
Sèche-serviettes Nao statique INTUIS
INTUIS
Sèche-serviettes Nao statique INTUIS
199.00 €
Radiateur Calidoo Horizontal Blanc INTUIS
INTUIS
Radiateur Calidoo Horizontal Blanc INTUIS
819.00 €

Les marques

INTUIS

INTUIS

Le spécialiste du confort thermique
ACOVA

ACOVA

Le mariage de la technique et du design pour chauffer votre foyer

Le mode de chauffage : un facteur important du confort thermique

Savez-vous pourquoi il vous arrive d’avoir froid à l’intérieur alors que la température est de 19 ou 20° ? Bien sûr, on est plus ou moins frileux, mais la température ressentie dépend aussi de nombreux autres facteurs, qui constituent les « conditions d’ambiance ». Ce qu’on appelle « confort thermique » est la sensation d’une chaleur qui convient à un individu donné : en hiver, il correspond à un état d’équilibre entre toutes ces « conditions d’ambiance » et lui, qui lui donnera la sensation d’une chaleur suffisante. Certaines ne dépendent pas du chauffage, comme le taux d’humidité (régulé par la VMC) et la température des parois (d’où l’importance de l’isolation des murs et du toit, et des performances des fenêtres) ainsi que celle du sol (le carrelage est plus froid). Son rôle n’en est pas moins essentiel.

Le premier mode de chauffage que l’humanité ait connu est évidemment le feu. Les restes de très nombreux foyers datant d’environ 400 000 ans prouvent qu’après avoir su l’allumer, les hommes préhistoriques ont su le domestiquer. Figurez-vous qu’ils y arrivaient non pas en frottant deux silex, mais par des procédés beaucoup plus complexes utilisant la pierre ou le bois, combustibles accessibles à tous. Les vestiges des thermes romains nous montrent l’utilisation d’un système de chauffage par le sol, l’hypocauste, inspiré des Grecs, comme son nom l’indique. Il était alimenté par un feu de bois ou de charbon de bois. Au moyen âge, on se chauffait grâce aux cheminées, mais aussi, dans certaines régions comme l’Alsace, grâce aux poêles en faïence, dont on a redécouvert les avantages de nos jours.

Au XVIIIe siècle, la découverte de la vapeur à partir du charbon est à l’origine d’un nouveau système de chauffage, qui se développe au XIXe dans les logements grâce à la mise au point du chauffage central : émise par une chaudière, elle circule par des tuyaux raccordés à des radiateurs. À la fin du XIXe, ceux-ci deviennent aussi un élément décoratif. Le développement du chauffage central en France au XXe, surtout après la Deuxième Guerre mondiale, sera marqué par l’utilisation de chaudières alimentées par du fioul (issu du pétrole), puis du gaz, et la généralisation de l’eau chaude dans les radiateurs. À côté de la fonte, ils sont fabriqués dans des matériaux de plus en plus divers, d’abord l’acier et l’aluminium. Les premiers radiateurs électriques apparaissent dans les années 1960 : ce sont les « convecteurs », au surnom évocateur de « grille-pain ». Le chauffage électrique se développe dans les années 1970 du fait de l’augmentation du prix du fioul causée par le premier choc pétrolier et grâce au perfectionnement des radiateurs, avec l’apparition de technologies comme le rayonnement et l’accumulation. La dernière en date est l’inertie, qui a connu plusieurs perfectionnements. L’évolution des équipements de chauffage en France continue à dépendre de celle des sources d’énergie, avec l’accent mis, depuis les années 1990, sur les énergies renouvelables : géothermie, éolien, solaire…

Avec la crise énergétique actuelle, les innovations des fabricants de radiateurs Made in France sont plus que jamais bienvenues : ils n’ont de cesse de proposer des produits de plus en plus performants, qui procurent un haut niveau de confort thermique tout en consommant moins d’énergie. Et leur design très étudié leur permet de s’intégrer facilement dans toutes les pièces. Il faut savoir également que la performance de votre chauffage, évaluée à la fois en termes de confort thermique et de consommation d’énergie, dépend non seulement de vos radiateurs et de leur alimentation, mais aussi de l’isolation et de la ventilation de votre logement. Dans le cadre d’une rénovation, n’hésitez pas à vous informer sur les possibilités que vous offre le dispositif gouvernemental MaPrimerénov’. Il concerne aussi le renouvellement de vos radiateurs électriques, sous certaines conditions.

Pourquoi choisir un radiateur électrique ou un radiateur sèche-serviettes Made in France ?

Bien avant la crise énergétique actuelle, les fabricants français de radiateurs ont été à la pointe du progrès en matière de confort thermique et d’économies d’énergie. Un exemple avec la marque la plus ancienne (1933) : Noirot. En 1934, elle est la première à inventer la résistance électrique à grande surface d’échange permettant de ne pas surchauffer l’air. Parmi ses inventions des années 1970, la résistance électrique à basse température pour diffuser une chaleur homogène et garantir un fonctionnement plus économe. Dans les années 1980, elle arrive à conjuguer dans ses produits Made in France la performance et le silence, et elle développe le fonctionnement autonome du chauffage par régulation électronique. La marque Noirot fait partie depuis 1970 du groupe Muller, qui a pris le nom d’intuis en 2022.

L’histoire de cette dernière trouve son origine, en 1950, dans une petite activité artisanale de rembobinage de moteurs électriques. La création de Muller et Cie, en 1960, vise à accompagner le passage du réseau d’EDF à 220 volts (eh oui, avant, on avait du 110 volts !). L’acquisition de la marque Noirot entraîne sa spécialisation dans le chauffage électrique, qui se poursuivra par celle de nombreuses autres marques de premier plan. Parallèlement, le groupe Muller a entrepris depuis la fin des années 1980 de diversifier ses produits. La production actuelle de pompes à chaleur correspond à une diversification énergétique qui manifeste le même souci d’économiser l’énergie que ses innovations en matière de chauffage électrique : en 2018, une solution connectée a pour but de permettre de maîtriser sa consommation en pilotant ses radiateurs pièce par pièce et à distance. En septembre 2022, le groupe Muller décide de s’appeler intuis, en englobant ses marques dans ce changement, qui accompagne une transformation profonde dans différents domaines. Celle-ci s’explique par la volonté de répondre à de nouveaux défis, liés à l’impact de la crise sanitaire, à celui de la guerre en Ukraine ainsi qu’au réchauffement climatique. Le slogan « Plus de confort, moins d’énergie » résume l’engagement de la marque, et le choix de ce nouveau nom « intuis » met en évidence la fabrication de radiateurs intelligents, qu’on peut utiliser intuitivement, sans se prendre la tête.

La marque ACOVA (pour Ateliers de Construction de Vaux Andigny), fondée en 1964, a inventé le radiateur sèche-serviettes et développé le concept de radiateur décoratif. Ses produits sont proposés dans une gamme unique de 50 couleurs, et les dimensions (jusqu’à 6 m), les fixations, les raccordements sont personnalisables. Autre particularité : à côté des radiateurs électriques, elle fabrique des radiateurs qui fonctionnent avec le chauffage central et des radiateurs mixtes.

Les marques françaises de radiateurs accompagnent les évolutions en matière de confort, de consommation des logements et d’enjeux environnementaux en proposant des produits adaptés aux exigences des réglementations thermiques successives pour les constructions neuves et aux conséquences de la crise énergétique actuelle. Appuyée sur des centres de recherche, leur volonté d’innover sans cesse vise bien sûr à réduire votre consommation d’énergie, mais aussi à contribuer à votre qualité de vie. Les radiateurs Made in France sont faits pour s’intégrer parfaitement dans votre intérieur, s’adapter au mieux à vos besoins en matière de confort thermique, et optimiser vos dépenses énergétiques. Qu’il s’agisse de rénovation ou d’installation, vous pouvez compter sur les marques françaises pour vous donner les conseils qui vous permettront de faire le meilleur choix, en fonction des pièces à équiper, de l’espace à chauffer comme de celui qui est disponible pour y installer des radiateurs, et bien évidemment de votre budget.

Comment choisir mes radiateurs électriques Made in France ?

Tout dépend d’abord du type de chauffage que vous avez déjà ou que vous voulez faire installer. Il en existe trois sortes. Le chauffage central fonctionne avec des radiateurs raccordés à un générateur de chaleur (chaudière ou pompe à chaleur) et alimentés par un circuit d’eau chaude. Le radiateur électrique est équipé d’une résistance et fonctionne par un simple raccordement électrique. Le chauffage mixte est raccordé au chauffage central mais contient une résistance électrique pour pouvoir chauffer la pièce (la salle de bain, par exemple) à l’intersaison sans utiliser sa chaudière. La marque ACOVA propose des radiateurs adaptés à chacune de ces configurations.

Convecteurs, radiateurs à panneau rayonnant, radiateurs à inertie … parmi les différents types de radiateurs électriques, chacun a ses avantages et ses inconvénients en termes de confort thermique et de prix notamment. Quant à la consommation d’électricité, il ne faut pas oublier qu’elle dépend de la façon dont vous utilisez vos radiateurs, si performants soient-ils : elle augmente en même temps que la température que vous cherchez à obtenir, le nombre de pièces ainsi chauffées et la durée de ce chauffage quotidien. Cela ajoute deux critères essentiels. Les moyens pour réguler la température de façon très précise ne sont pas des gadgets : par exemple, le thermostat numérique est beaucoup plus fiable que le thermostat manuel. Et le choix du type de radiateur doit tenir compte de l’usage de la pièce ainsi que des besoins personnels en matière de confort thermique.

Les convecteurs ont pour caractéristique de chauffer l’air de la pièce, et non l’environnement comme les autres radiateurs. Mais ils n’ont plus rien à voir avec les « grille-pain » si décriés des débuts du chauffage électrique, sauf leur avantage : le prix. Ceux d’intuis ont été conçus pour allier confort thermique et maîtrise de la consommation, avec un réglage de la température au dixième de degré près et la possibilité de les piloter à distance. La marque les conseille comme une solution économique pour les pièces secondaires ; il est vrai que même si, contrairement aux convecteurs d’autrefois, la chaleur est dirigée vers le centre de la pièce, elle n’est pas aussi bien distribuée qu’avec d’autres types de radiateurs. intuis propose aussi des radiateurs à panneau rayonnant, reconnaissables à leurs alvéoles sur le devant. Leur design est galbé pour optimiser leur rayonnement. Grâce à leurs performances, ils peuvent convenir pour des pièces de vie. Outre leur prix (plus élevé cependant pour les radiateurs à panneau rayonnant), convecteurs et radiateurs à panneau rayonnant ont comme avantage commun une montée rapide en température. Tous les modèles à panneau rayonnant d’intuis sont 100% connectés grâce à l’application Intuitiv intégrée. Les radiateurs à inertie, nettement plus chers en général, ont le grand avantage de rester toujours chauds, ce qui accroît le confort thermique. D’où leur autre appellation de radiateurs « à chaleur douce ». Le matériau qui stocke la chaleur peut être solide (pierre de lave, céramique, fonte d’aluminium …), on parle alors d’inertie sèche. Les radiateurs à inertie liquide (appelée aussi fluide) chauffent grâce à de l’huile, ce qui les rapproche des radiateurs à eau. Pour ajouter une montée rapide de la température à sa stabilité, Noirot et intuis fabriquent des radiateurs avec « double corps (ou cœur) de chauffe » : ils contiennent deux résistances indépendantes, dont l’une permet à la façade de chauffer rapidement, et suffisamment quand il ne fait pas très froid, et l’autre assure un complément de chaleur au plus fort de l’hiver. Acova a opté pour l’inertie fluide, et recommande ses radiateurs en aluminium pour une montée en température plus rapide, les pièces bien isolées et les petits espaces. La surface rayonnante importante de ses modèles en acier est synonyme de confort thermique élevé ; ils se distinguent par l’étendue des choix possibles pour qu’ils s’intègrent au mieux dans votre intérieur, en particulier entre les très nombreuses couleurs (intemporelles ou tendance, à choisir parmi des couleurs chaudes ou « calmes »).

Pour concilier confort thermique et budget, vous pouvez choisir des types de radiateurs différents suivant les pièces. Mais ce choix devra être affiné en fonction de l’usage de celles-ci, et donc de vos besoins en matière de chaleur, qu’il vous faudra bien définir au préalable. De nos jours, la distinction entre les « pièces à vivre » et les autres est insuffisante. Pendant une grande partie de la journée, votre chambre peut être un endroit où vous télétravaillez et celle des enfants leur salle de jeu ; si une cuisine est ouverte, elle peut être considérée comme une pièce à vivre … Voici donc quelques repères très généraux, à adapter à votre situation, sans oublier que le confort thermique dépend aussi de l’isolation. Pour les pièces peu utilisées, ainsi que les couloirs ou les entrées (sauf une entrée « cathédrale »), le convecteur est un choix plus économique. Vous en trouverez chez intuis et Noirot. Par la rapidité de sa montée en température, il est apprécié dans les salles de bain, comme le radiateur à panneau rayonnant. Attention : le convecteur ne devant pas être couvert, vous ne pourrez pas y faire sécher de serviette, contrairement au radiateur à panneau rayonnant, sur lequel vous pourrez adapter un kit de séchage. On peut leur préférer un radiateur sèche-serviette, dont nous parlons plus loin ; mais sachez que celui-ci est aussi une bonne solution pour les cuisines fermées. Dans une chambre utilisée seulement la nuit et bien isolée, un peu de chauffage avant de se coucher avec un convecteur ou un radiateur à panneau rayonnant peut suffire, surtout s’il est associé à une bonne couette ! Pour les pièces utilisées une grande partie de la journée, ainsi que les cuisines ouvertes, les radiateurs à inertie ont les meilleures performances, surtout s’ils sont à double corps (ou cœur) de chauffe. Bien entendu, les marques françaises Acova, intuis et Noirot vous en proposent différents modèles. Certains radiateurs à panneau rayonnant, très performants, offrent cependant un excellent rapport qualité-prix, comme chez intuis.

Comment choisir la puissance d’un radiateur (de 300 à 2000 watts) ? Si elle est insuffisante, votre consommation d’électricité va augmenter, parce que vous devrez chauffer davantage pour avoir assez chaud. Si elle est excessive, vous aurez payé votre radiateur trop cher pour l’usage que vous en faites. Le choix est lié essentiellement à la superficie de la pièce, mais d’autres variables entrent en ligne de compte, comme l’environnement, à l’extérieur (climat, altitude, ensoleillement) et à l’intérieur (humidité, chauffage des pièces mitoyennes), ainsi qu’à l’isolation. Comptez en moyenne 75 à 100 watts par m², en prenant aussi en compte la hauteur des plafonds si elle excède 2,50m. Une pièce humide comme la salle de bain où une température élevée doit être atteinte rapidement nécessitera une puissance plus élevée : 130 watts par m², plus 100 watts supplémentaires. Les maisons construites selon les dernières normes en vigueur nécessitent une puissance beaucoup moins élevée : 50 W/m² pour la norme 2012.

Le format et les dimensions des radiateurs doivent également être adaptés à la pièce. Le modèle horizontal convient pour tous les espaces et il s’installe facilement. Si vous devez chauffer un grand espace, le modèle vertical est particulièrement adapté, surtout si les plafonds sont hauts. Plus ou moins étroit et haut, il vous permet de gagner de la place. Il possède une grande surface de rayonnement, ce qui procure un surcroît de chaleur. Si vous manquez de place pour installer un radiateur, vous pourrez mettre un radiateur « plinthe » (30 cm de hauteur) ou « bas » (40 cm) sous une fenêtre ou en sous-pente dans les combles aménagés. Vous l’avez compris, les fabricants de radiateurs électriques français vous offrent un grand choix, auquel il faut ajouter celui de l’épaisseur.

Le design a aussi son importance en matière de radiateurs, surtout quand ils occupent beaucoup d’espace ! Une épaisseur minimale est nécessaire à la performance d’un radiateur électrique, mais son volume important peut nuire à l’esthétique de la pièce. Voilà pourquoi la marque intuis a conçu des modèles plats, voire extra plats, et néanmoins performants. Et le design galbé de ses radiateurs à panneau rayonnant, qui a pour but d’optimiser la diffusion de la chaleur, leur donne une dimension esthétique. Aujourd’hui, les radiateurs français sont même conçus pour contribuer à l’esthétique des pièces. C’est à la marque française ACOVA qu’on doit le concept de « radiateur décoratif ». Le choix de couleurs, formes, matières et styles qu’elle propose l’illustre à merveille.

Pour maîtriser sa consommation d’électricité, la présence d’innovations technologiques permettant de réguler la température est indispensable. Par exemple, intuis a mis au point avec Netatmo intuis connect with Netatmo, module à insérer dans des radiateurs de ses marques comme Noirot et connecté à une application à télécharger. Avec ces innovations, vous avez le choix : programmation hebdomadaire et quotidienne, possibilité de réguler la température de chaque pièce suivant les moments, avec des thermostats beaucoup plus performants que les thermostats mécaniques et la détection d’une fenêtre ouverte ou d’une présence, réglage à distance par smartphone, tablette ou ordinateur (y compris par la voix), suivi en temps réel de sa consommation d’énergie… Tout est fait pour éviter le gaspillage : le chauffage du logement diminue en cas d’absence imprévue, une alerte ou une régulation automatique se met en place en cas de surconsommation. Grâce aux radiateurs connectés, il est possible de ne pas trop chauffer les différentes pièces, en durée comme en température. La baisse de la consommation d’électricité, source d’économies d’énergie pour chacun et pour le pays, est évidemment facilitée, tout en étant compatible avec le confort thermique : la programmation permet que la température des différentes pièces soit suffisante à partir du moment où vous les occupez.

Comment choisir mon radiateur sèche-serviettes Made in France ?

Vous connaissez certainement les radiateurs sèche-serviettes de la marque française Acova. Mais saviez-vous que si les radiateurs sèche-serviettes font merveille dans la salle de bain, ils ont aussi leur place dans la cuisine ? Et c’est leur inventeur, la marque française ACOVA, qui le dit ! Rien d’étonnant, finalement : après tout, les torchons aussi ont besoin de sécher. Les sèche-serviettes ne sont pas pour autant un chauffage d’appoint : ACOVA nous fait remarquer que ce sont des radiateurs à part entière, qui ne perdent pas de leur efficacité à cause de serviettes de bain ou de torchons posés dessus. Inversement, elle nous recommande de ne pas les prendre pour un sèche-linge !

La première distinction à faire entre les radiateurs sèche-serviettes concerne leur alimentation. Comme pour les autres radiateurs, l’énergie peut provenir d’un chauffage central, d’une installation électrique ou d’un système mixte. Ce dernier est particulièrement intéressant dans une salle de bain, puisqu’il évite de faire fonctionner le générateur de chaleur à l’intersaison, l’électricité suffisant à assurer le chauffage suffisant dans une salle de bain pour une durée très limitée. Vous n’y auriez peut-être pas pensé pour la salle de bain, mais il existe des radiateurs sèche-serviettes à inertie : sèche ou fluide chez intuis, fluide chez Acova. On peut aussi utiliser un radiateur à panneau rayonnant comme porte-serviettes, en l’équipant d’un kit (patères, barres), contrairement au convecteur, qui ne doit pas être couvert. Le choix dépend de votre budget et de l’usage de la salle de bain.

Quant aux modèles de sèche-serviettes, on a l’embarras du choix ! Vous êtes nombreux à utiliser la salle de bains ? Le plus ancien, l’échelle, a l’avantage de pouvoir porter de nombreuses serviettes. Là encore, il y a du choix, entre les tubes ronds ou les tubes plats, entre lesquels on peut mettre les serviettes. ACOVA et intuis proposent un modèle à tubes plats asymétrique, c’est-à-dire sans tuyaux d’un côté, gauche ou droit au choix, pour permettre de les disposer plus facilement. Autre innovation d’intuis, Noirot et ACOVA : les sèche-serviettes à façade lisse, avec des barres pour mettre les serviettes. Leur design, particulièrement élégant, sera du plus bel effet également dans une cuisine ouverte. Si vous aimez l’originalité, ACOVA a conçu un modèle dont les tubes sont inclinés en quinconce, et Noirot un radiateur plat creusé de 5 cercles de tailles différentes pour y mettre des serviettes, auxquels s’ajoute un miroir grossissant et pivotant ! Vous aurez également le choix de la couleur des patères chez intuis, du radiateur chez ACOVA.

Côté performances, un soufflant ajouté sur certains modèles apporte un coup de chaleur bienvenu dans une salle de bain, y compris pour sécher plus rapidement les serviettes, grâce à sa puissance (1000 watts en général). C’est aussi un moyen de limiter la consommation d’énergie en n’utilisant pas le reste du radiateur à l’intersaison.

Bien entendu, les radiateurs sèche-serviettes Made in France bénéficient eux aussi d’innovations technologiques destinées à économiser l’énergie, intégrées au radiateur ou en option, avec la possibilité d’une commande à distance ; c’est ainsi que la plupart des sèches-serviettes de la marque intuis sont pilotables avec l’application intuis connect with Netatmo. Certaines fonctions sont particulièrement intéressantes pour un radiateur de salle de bains, comme la détection d’une fenêtre ouverte et la programmation, qui évite de (trop) chauffer quand la salle de bain est inoccupée tout en assurant la température adéquate quand elle est utilisée.

Combien coûtent un radiateur et un sèche-serviettes Made in France ?

Pour un convecteur Made in France nouvelle génération, comptez entre 250 et 350 € environ, selon la puissance et les dimensions.

Un radiateur français à panneau rayonnant avec programmateur intégré et connectable coûte entre 280 et 400 € environ.

Le prix des radiateurs Made in France à inertie varie de 500 à 1500 €. Pour environ 1000 €, vous trouverez un radiateur vertical de dimensions 150X 50 cm, avec une puissance de 2000 watts, doté d’un programmateur et connectable.

Le premier prix d’un sèche-serviettes est d’environ 200 € pour un modèle non connectable de 500 watts (50 X 100 cm environ). Les prix vont jusqu’à 1500 € selon la puissance, le design et la technologie intégrée. Les sèche-serviettes soufflants coûtent de 600 à 1100 €.